Quand les voisins se mettent au vert

Officiellement, et d’après les termes du Grenelle de l’Environnement, l’ensemble de l’immobilier français est censé diminuer sa consommation énergétique de 38 à 50% d’ici 2020.

Des objectifs fondamentalement ambitieux mais qui ne donnent pas froid aux yeux dans le Val-d’Oise.

Effectivement, des habitants de plusieures communes d’Ile-de-France ont décidé de se réunir afin de mettre en marche une véritable éco-rénovation:

Pour ce faire, les trois communes participantes ont établis un partenariat avec l’Union nationale des syndicats français d’architectes (Unsfa) dans le but d’améliorer les performances énergétiques d’une multitudes de bâtiments ainsi que de diminuer les coûts à charges des propiétaires.

Ce type de concept, appelée « Vi[ll]e meilleure » et lancé en 2009 consiste à rassembler tous les travaux de rénovation entrepris dans les biens immobiliers concernés, ceci dans l’objectif de permettre aux propriétaires de faire des « rénovations thermiques en corrélation avec les exigences urbaines locales ».

L’originalité du projet s’inscrit néanmoins dans une optique audacieuse divisée en trois grandes parties:

– Une sélection des communes a été faite en 2009 puis une analyse des besoins a été rapidement élaborée en 2010.

– Un diagnostic du bâti, une analyse des besoins des secteurs sélectionnés au préalable et l’établissement d’un cahier des charges des travaux ont été mis en oeuvre. L’Unsfa a constaté que les bâtiments construits avant les années 80 sont de véritables « passoires énergétiques » ayant de véritables problèmes d’isolement et de chauffage d’où la nécessité d’y remédier.

– La phase de lancement des travaux débutera dés avril 2011et concerne plusieurs centaines de pavillons et autres biens immobiliers. Ainsi rien qu’à Eragny-sur-Oise, pas moins de 300 pavillons devraient bénéficier du projet. Pour être dans le concret et enrichir notre propos d’un exemple: le propriétaire d’un logement de 120 m² dont le coût final moyen de la rénovation pouvant s’élever à 20.000 euros, pourrait profiter de la mutualisation intrinsèque au projet ceci permettant de réaliser une économie de 15% par rapport aux tarifs en vigueur pour ce genre de travaux.

Il est également signalé que plus les individus seront nombreux à participer au projet, et plus leur avantages seront conséquents. Un concept original pour suivre les directives du le Grenelle de l’Environnement.



Répondre